Sony vient de lancé sa console de jeu PSP au Japon


Des fans de jeux vidéos avaient formé de longue files d’attente et bravé le froid pendant une partie de la nuit pour être sûrs de figurer parmi les premiers possesseurs d’un exemplaire de la console de jeu, disponible au prix de 19.800 yens (142 euros) et lancée dix jours après le dernier modèle Nintendo. Quelques 200.000 modèles de la nouvelle console PlayStation Portable (PSP) de Sony se sont arrachés dimanche matin au Japon. La PSP, première console portable du géant de l’électronique grand public, permet la lecture de vidéos et de musique en plus des jeux, possède une fonction de connexion sans fil LAN (local area network) et permet de jouer à plusieurs via internet.

« Avec la (Nintendo) DS vous pouvez seulement jouer, mais avec la PSP vous pouvez aussi écouter de la musique et regarder des films. Il y a de la valeur ajoutée », a souligné Asuka Senaga, un employé de 24 ans, qui faisait la queue devant un magasin de Tokyo depuis 23 heures samedi soir (14H00 GMT). L’excitation autour du lancement de la PlayStation Portable, louée pour ses qualités graphiques, alimente depuis plusieurs mois la presse japonaise, qui aligne fiévreusement les comparaisons avec la DS de Nintendo, leader du marché des consoles portables.

Les analystes estiment que les deux modèles devraient très bien se vendre pendant les fêtes de fin d’année mais soulignent que Nintendo possède une capacité de production supérieure. Les magasins devraient connaître une pénurie des deux modèles de consoles mais Nintendo, dont la DS se vend au prix de 15.000 yens (108 euros), devrait dans un premier temps réaliser plus de ventes que Sony, du fait de son potentiel de livraison de DS cinq fois plus important. NINTENDO MENE LE JEU… POUR L’INSTANT Sony avait mis en vitrine des mannequins portant une PSP depuis la mi-novembre pour faire monter l’excitation.

Avant le lancement matinal de ce dimanche, quelque 500 PSP avaient trouvé acheteurs auprès de fans qui avaient déboursé près de 30 millions de yens (216.000 euros) lors d’enchères en ligne le 25 novembre dernier. L’argent était destiné aux victimes du tremblement de terre d’octobre au Japon. Les consoles se sont vendues jusqu’à 13 fois le prix de lancement. Nintendo, qui a lancé la DS aux Etats-Unis le 21 novembre et au Japon le 2 décembre, a relevé de 40% ses prévisions de ventes, tablant sur 2,8 millions d’unités écoulées cette année.

Sony ne mettra en vente que 500.000 modèles au Japon avant la fin de l’année et ne sera pas présent pour les fêtes sur les marchés américain et européen, où les lancements devraient intervenir en début d’année. Certains Américains n’auront pas eu la patience d’attendre. La semaine dernière, une PSP, fonctionnant en langue japonaise, a été achetée aux enchères, avec un jeu, sur le site d’eBay, au prix de 560 dollars. Le vendeur de la PSP en question n’avait même pas la console en mains. Les spécialistes du marché pensent la DS et la PSP n’attireront pas les mêmes clientèles, Nintendo séduisant les fans de jeux tandis et Sony touchant de nouveaux consommateurs.

« La PSP tente de créer un tout nouveau marché, au-delà des jeux traditionnels. Je les y encourage mais ce sera difficile », dit Hirokazu Hamamura, président de l’éditeur de magazines consacrés aux jeux Enterbrain. Nintendo bénéficie de sa base de clientèle de 58,1 millions de détenteurs de consoles Game Boy Advance. Leurs anciens jeux seront compatibles avec la DS. Sony compte vendre trois millions de PSP dans le monde entier d’ici la fin de son exercice le 31 mars tandis que Nintendo table sur cinq millions d’unités. Les observateurs du secteur estiment que les deux fabricants seront en mesure d’atteindre ces objectifs.

Beugré Jean-Augustin

CEO, Editor in Chief & Founder at Le Journal du Numérique since more than 10 years now - Je suis le CEO, Rédacteur en Chef et Fondateur du réseau Kassi Media regroupant les sites, Le Journal du Numérique, Actu-Gamer, ZoneWP et Journal-Foot.com. Autodidacte de nature, je me forme régulièrement dans le Marketing Digital, la gestion de projet, de même que dans ce qui touche au Community Management, au Developpement Web. Cela fait maintenant 15 sur le web, avec plus 10 ans d'expérience dans le rédaction web, Community Management, le webmastering et le SEO (Référencement naturel).