Etude Cloud : Des patrons plus tolérants ou quand être en retard au bureau n’est plus un drame !


Logo Mozy

La majorité des patrons sont plutôt tolérants sur le fait que leurs employés arrivent en retard au bureau. Selon une étude récente menée par Mozy, leaders dans la sauvegarde en ligne, les technologies mobiles, telles que les Smartphones et les services Cloud amènent les patrons a être de moins en moins regardant sur les horaires de travail de leurs employés, bien plus que ne peuvent le penser leurs employés. Cette étude, menée auprès de 1 000 personnes (Des employés et employeurs Français, Anglais, Allemands, Américains et Irlandais), nous montre que 73% des patrons sont plutôt tolérants face aux retards de leurs employés car ils pensent que leurs équipes commencent à travailler avant même d’arriver au bureau.

Cela en surprendra probablement plus d’un car la plupart des employés interrogés (plus de la moitié) ont l’impression que leur patron porte beaucoup d’importance au fait qu’ils soient en retard ou pas.

« C’est une grande nouvelle pour tous les travailleurs ! » Commente Claire Galboix-Alcaix de chez www.mozy.fr, qui a conduit cette étude. « Le travail assidu est noté et les nouvelles technologies mobiles ont un impact énorme sur l’attitude des employeurs, plus que ce que les gens pensent. »

Gagner du temps

En moyenne, les patrons ferment les yeux sur un retard n’excédant pas 3 2 minutes et pourraient laisser leurs employés passer un peu plus d’une journée à travailler depuis la maison sans que cela ne leur pose problème. Les patrons Français sont loin d’être les plus strictes, et se rapprochent des patrons américains ; ils déclarent tolérer un retard maximum de 30 à 40 minutes, quand les patrons anglais et allemands ne souhaitent pas voir leurs employés arriver plus de 20 minutes en retard.

Les outils mobiles

Le glas des journées de 09 à 17h00 a été sonné par les technologies mobiles. Aujourd’hui les trois quarts des employeurs mettent à disposition de leurs salariés des outils leurs permettant d’effectuer leur travail qu’importe où ils se trouvent. Pourtant, les entreprises françaises n’ont pas encore compris l’intérêt de cette disponibilités des ressources à distance, car pour 73% d’entres-elles, seul les emails sont mis à disposition de leurs employés. A l’heure du Cloud et de la sécurisation des données, plus de ressources disponibles signifierait plus de liberté pour les employés.

Les emails au lit, les français lèvent tard !

L’étude confirme ce que tout le monde sait, 1 employé sur 5 commence sa journée en vérifiant les emails reçus dans la nuit, alors qu’il est encore au lit et ce dés 7.00 du matin. Comparé à ¼ des travailleurs anglais, qui regardent leurs emails dés 6.30 du matin,  seul 13% des travailleurs français regarde effectivement ses emails à cette heure-ci commençant généralement sa journée après 8.30.

Donner et Recevoir

Alors que la majorité des employeurs ne voit pas d’inconvénient à ce que les journées de travail de leurs employés commencent plus tard, ils attendent en retour plus de flexibilité de leur part. Ainsi les patrons ont tendances à être moins regardant sur les horaires auxquels ils appellent leurs employés, soit de plus en plus tard le soir. Les français sont peut-être les moins intransigeants sur cette donnée, car 43% d’entres-eux considèrent qu’après 19h00 il n’est plus justifiable d’appeler leurs collaborateurs, tandis que les 16 % des patrons anglais oseront les appeler entre 10h00 et minuit !

Des nouvelles journées de travail

A travers cette étude les employeurs nous confirment que de nouvelles habitudes ont été prises, tout en sous-estimant la quantité de travail fournit par les employés en dehors du bureau. Dans l’ensemble, les patrons estiment que les salariés passent en moyenne 55 minutes a travailler en dehors de leur bureau alors qu’ils ont déjà travaillé en moyenne 46 minutes avant d’y arriver.

À quelle heure consultez-vous vos derniers emails, effectuez vous vos dernières tâches lors d’une journée de travail classique ?

Dernieres taches journee de travail classique

À quoi ressemblent ces nouvelles journées de travail ?

L’étude nous démontre qu’en moyenne les salariés commencent à regarder leurs emails professionnels à 7h42 le matin, arrivent au bureau vers 8h18, le quitte à 17h48 et arrêtent totalement de travailler à 19h19, ce qui signifie que les employés sont en « mode travail » presque 12 heures par jour.

« Les horaires de travail classiques – 9h -17h – ne sont plus le standard, et ne conviennent plus à la vie que nous menons actuellement, de plus en plus de personnes jonglent avec la garde alternée des enfants, des responsabilités à l’extérieur du bureau…. » Continue Claire Galbois-Alcaix de Mozy. « Patrons et employés reconnaissent tous l’avantage d’une véritable collaboration entre temps de travail et vie personnelle pour estomper le fait que les travailleurs travaillent de plus en plus et que les patrons ont plus de disponibilité de la part de leurs équipes quand ils en ont besoin. »

Nous pouvons voir à travers cette étude que l’on commence à considérer le travail comme quelque chose que l’on fait, plutôt que l’endroit où l’on va. Mais avec seulement 11% des employés interrogés ayant un accès distant à toutes les informations nécessaires pour effectuer leur travail depuis le lieu de leur choix, il y a encore beaucoup à faire. Installer des solutions basées sur le web, qui permettraient aux salariés d’accéder à leurs données, comme s’ils étaient au bureau, où qu’ils soient et quand ils le souhaitent aiderait tout le monde à tirer parti de cette évolution. »

Les résultats de l’étude sont disponibles ici : http://mozy.fr/9-5

Beugré Jean-Augustin

CEO, Editor in Chief & Founder at Le Journal du Numérique since more than 10 years now - Je suis le CEO, Rédacteur en Chef et Fondateur du réseau Kassi Media regroupant les sites, Le Journal du Numérique, Actu-Gamer, ZoneWP et Journal-Foot.com. Autodidacte de nature, je me forme régulièrement dans le Marketing Digital, la gestion de projet, de même que dans ce qui touche au Community Management, au Developpement Web. Cela fait maintenant 15 sur le web, avec plus 10 ans d'expérience dans le rédaction web, Community Management, le webmastering et le SEO (Référencement naturel).