Lenovo finalise le rachat de Motorola Mobility à Google


Logo Motorola a Lenovo Company

Il y a un peu plus de trois ans maintenant, le 15 aout 2011 pour être exacte Google rachetait Motorola Mobility, la branche mobile de Motorola pour la coquette somme de 12.5 milliards de $. La plus grosse acquisition de géant de la recherche à ce jour. C’est maintenant au tour du chinois, Lenovo de finaliser son rachat de Motorola Mobility (numéro trois mondial des fabricants de smartphones) pour 2.91 milliards de $, un rachat initié depuis le 29 janvier 2014. Les raisons et les motivations de ce rachat par Google étaient connus de longue date par les spécialistes et de la presse spécialisée. D’ailleurs Google lui-même ne s’en est jamais caché.

Pour comprendre il faut savoir que Motorola est un pionnier dans l’électronique et les télécommunications et est derrière l’invention de nombreux protocoles et appareils, au même titre que Nokia. De ce fait Motorola possède énormément de brevets (patents) déposés dans des domaines comme les semi-conducteurs, l’électronique, les réseaux, les télécommunications, son portefeuille contiendrait près de 17.000 brevets, dont 15.200 dans la téléphone mobile seulement. Dans un contexte ou Google et les OEMs (Samsung, HTC, LG, …) qui utilisent son OS (Système d’exploitation) mobile, Android sont tiraillé d’un procès à l’autre contre des géants comme Oracle, Nokia, Microsoft ou Apple. Vous comprendrez que c’était l’occasion parfaite pour la firme de Mountain View de se protéger ses intérêts contre ces attaques.

Ce 30 octobre 2014 avec la finalisation du rachat de Motorola Mobility par Lenovo quid donc de ces brevets ? Comme on le sait depuis le début de l’année Google conservera la propriété de la grande majorité du portefeuille de brevets de Motorola Mobility, avec ce rachat Lenovo prendra pour sa part possession d’un peu plus de 2000 d’entre eux. Lenovo profitera bien entendu d’un licence d’accès et d’utilisation a ce riche portefeuille de licence non transférés en plus de garder les en sous sa propriété les accords cross-license ( licences croisées) de brevets qu’il a avec d’autres sociétés. Seront aussi transférées de Google à Lenovo toutes les marques telles que Motorola Mobility et son portfolio de smartphones comme Moto X, G Moto, Moto E et la série DROID.

A la lecture de cet accord on comprend un peu plus pourquoi cette transaction n’est « que » de 2.91 milliards de $. On apprend également que ce montent se divisera ainsi ; 660 millions de dollars environ en espèces et 519 107 215 nouvelles actions dans les parts de Lenovo, d’une valeur globale de 750 millions de dollars (environ 4,7% des actions de Lenovo). Le solde de 1,5 milliard de $ sera quant à lui versé à Google dans un délais de trois ans. Une compensation en espèces supplémentaire d’environ 228 millions de $ a été payé à Google principalement pour l’activité tenue par Motorola Mobility au moment de la finalisation.

Le siège social de Motorola restera à Chicago. Lenovo comptera donc près de 3500 nouveaux employés à travers le monde (dont 2800 aux Etats-Unis) sur les 54 000 que compte le groupe chinois.

Le groupe chinois Lenovo annonce enfin que cette finalisation de rachat a été marqué par l’approbation des différentes autorités de la concurrence aux États-Unis, la Chine, l’UE (Union Européenne), le Brésil et le Mexique, et par le Comité sur les investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS – Committee on Foreign Investment in the United States) de même que les exigences réglementaires et conditions de clôture habituelles. Avant de rappeler que  c’est la cinquième fois depuis 2005 (Lors de l’acquisition de la branche PC d’IBM) que Lenovo est autorisé par le CFIUS à acquérir une entreprise américaine.

C’est donc encore une fois, une nouvelle page de l’histoire qui se tourne. Avec le rachat finale de la division mobile de Nokia par Microsoft.

Beugré Jean-Augustin

CEO, Editor in Chief & Founder at Le Journal du Numérique since more than 10 years now - Je suis le CEO, Rédacteur en Chef et Fondateur du réseau Kassi Media regroupant les sites, Le Journal du Numérique, Actu-Gamer, ZoneWP et Journal-Foot.com. Autodidacte de nature, je me forme régulièrement dans le Marketing Digital, la gestion de projet, de même que dans ce qui touche au Community Management, au Developpement Web. Cela fait maintenant 15 sur le web, avec plus 10 ans d'expérience dans le rédaction web, Community Management, le webmastering et le SEO (Référencement naturel).