La menace des virus contre les téléphones mobiles


Les virus informatiques contre les téléphones mobiles restent encore rares mais leur nombre croît au fur et à mesure que les combinés deviennent des terminaux d’accès à internet, capables qui plus est de communiquer entre eux, constituant une proie de rêve pour les auteurs de virus.

Les éditeurs d’antivirus pour téléphones mobiles présents au salon mondial de la téléphonie mobile 3GSM à Cannes ont déclaré constater un fort gain d’intérêt de la part des opérateurs après l’apparition en 2004 de six nouveaux virus visant spécifiquement les réseaux mobiles.

Les six virus de base se sont rapidement développés en une trentaine de variantes différentes dès que leur code-source a été divulgué sur internet, a expliqué Antti Vihavainen, responsable de la division antivirus sur mobiles chez F-Secure.

Le premier opérateur mobile scandinave, TeliaSonera, a précisé qu’il surveillait déjà l’activité des virus, mais que cela ne constituait pas encore une véritable problème.

« Il n’y a aucune raison de paniquer, mais attachez quand même votre ceinture! », a déclaré Hakan Dahlstrom, responsable des réseaux mobiles de l’opérateur.

F-Secure a conclu des accords pour fournir une protection antivirus aux opérateurs Elisa, numéro deux du marché finlandais, et Swisscom.

« Au départ, c’était un peu comme essayer de vendre des réfrigérateurs à des Esquimaux », a expliqué Vihavainen. « Maintenant nous recevons des appels des grands opérateurs qui nous demandent que faire. »

« Les gens nous demandent ce que nous pouvons faire aujourd’hui et quel type de projets nous pouvons développer pour demain. Beaucoup de gens veulent des plans avant que cela leur explose à la figure », a renchéri Victor Kouznetsov, vice-président de la branche solutions de sécurité mobile de l’éditeur McAfee, qui protège le réseau de l’opérateur japonais NTT DoCoMo.

LA MENACE RESTE A VENIR

La trentaine de virus qui menacent aujourd’hui les téléphones mobiles ne représentent qu’une goutte d’eau par rapport aux plus de 100.000 virus (au bas mot) répertoriés dans le monde de l’informatique mais les observateurs estiment que la menace s’aggravera nécessairement car les portables deviendront la façon la plus courante de se connecter à l’internet.

L’inflation du nombre de virus contre les téléphones intervient précisément au moment où le marché des « smartphones », combinant les fonctions de téléphone et d’ordinateur de poche, capables de se connecter au réseau mondial mais aussi entre eux et vers des périphériques, atteint peu à peu une masse critique.

Elle coïncide également avec l’élévation du niveau de sécurité du principal système d’exploitation des micro-ordinateurs, Windows XP de Microsoft, qui pourrait avoir conduit certains auteurs de virus à se tourner vers l’univers de la téléphonie mobile, encore peu soucieux des questions de sécurité.

Les virus conçus en 2004 n’avaient encore pour seul but que de prouver qu’une contamination était possible et non de causer de véritables dommages. La plupart était immédiatement visible par l’utilisateur en remplaçant toutes les icônes des menus par des crânes. Certains nécessitaient même l’accord de l’utilisateur pour s’exécuter.

Les experts pensent que les virus réellement dangereux resteront plus discrets pour envoyer des messages SMS à d’autres téléphones, passer des appels à des numéros spéciaux surtaxés, envoyer des messages publicitaires à tous les numéros répertoriés ou voler des mots de passe.

« Il existe effectivement des virus dès maintenant, mais l’infection reste très limitée », a déclaré Raimund Genes, directeur européen de l’éditeur d’antivirus Trend Micro. « Je pense que quand nous aurons une véritable attaque, elle sera dans un but commercial. »

Quatre des six virus de base qui ont été écrits jusqu’à présent visent le système Symbian et les deux autres celui de Microsoft.

Environ 20 millions de téléphones mobiles dans le monde utilisent le système Symbian, ce qui ne concerne qu’une fraction des 1,7 milliard d’abonnés à un service de téléphonie mobile répertoriés en 2004.

Les observateurs pensent que Symbian sera plus attaqué que les autres systèmes d’exploitation car il semble devoir prendre l’ascendant sur le marché des « smartphones ». Or les concepteurs de virus visent toujours le système prédominant pour s’assurer la plus large contamination possible.

Source : Libération

Beugré Jean-Augustin

CEO, Editor in Chief & Founder at Le Journal du Numérique since more than 10 years now - Je suis le CEO, Rédacteur en Chef et Fondateur du réseau Kassi Media regroupant les sites, Le Journal du Numérique, Actu-Gamer, ZoneWP et Journal-Foot.com. Autodidacte de nature, je me forme régulièrement dans le Marketing Digital, la gestion de projet, de même que dans ce qui touche au Community Management, au Developpement Web. Cela fait maintenant 15 sur le web, avec plus 10 ans d'expérience dans le rédaction web, Community Management, le webmastering et le SEO (Référencement naturel).